Résidence du Bignon

bignon9
adresseImpasse Francois Phily
35720 Pleugueneuc
Téléphone02 99 69 49 43
  • Hébergement permanent : Oui
  • Hébergement temporaire : Non
  • Capacité totale : 19
  • Nombre de Studio, F1, F1bis : 19 | Superficie : 32 m2
  • Chambres, appartements meublés : Non
  • Chambres, appartements adaptés à la perte d’autonomie : Oui
  • Chambres, appartements équipés de signal d’alarme, d’alerte : Tous
  • Ligne téléphonique individuelle : Oui
  • Accueil : Oui
  • Résidence sécurisée 24/24h : Oui
bignon7Restaurant : Oui
Repas à emporter ou portage de repas : Oui
 Parking : Oui
Chambre d’Hôtes : Non
 Blanchisserie : Oui
Services d’aide à la personne : Oui
 Salon de coiffure : Non
Espace beauté : Non
 Accueil des animaux de compagnie : Non
 Pôle santé à proximité (médecin, infirmières, pharmacie, kiné…) : Oui
 Animations : Oui

Redevance mensuelle (hébergement, charges locatives) à partir de :
– Studio, F1, F1bis : 1020.46 €/mois

Remarque : 
Tarifs mensuels en date du 10 Juin 2015. Tarifs donnés à titre indicatif

L’histoire et le projet de l’organisme gestionnaire

L’histoire :bignon4

La MARPA de Pleugueneuc : une histoire de longue haleine ! Puisque…c’est le 5 juin 1992 qu’eut lieu la première réunion d’informations sur le concept MARPA à l’initiative de la Mutualité Sociale Agricole (MSA). Suivirent des réunions de travail qui se soldèrent par la mise en place d’un partenariat entre Pleugueneuc et trois communes environnantes : Plesder, La Chapelle aux Filtzméens et Trévérien. Ce furent ensuite de nombreuses démarches administratives. Au printemps 1997, les travaux de construction commencèrent, la société HLM Les Foyers étant propriétaire des murs. Vaste chantier mené à son terme pour permettre enfin l’ouverture de la MARPA le 10 août 1998 sous le statut d’une Petite Unité de Vie .

En 2010, devant l’augmentation de la dépendance, l’établissement a opté pour le frfait soins afin d’internaliser les soins infirmiers en créant deux postes à temps partiel de temps IDE devanant ainsi juridiquement un EPHA méd : Établissement d’Hébergement pour Personnes Agées Médicalisé .

En 2011, l’établissement a été autorisé d’augmenter la capacité d’accueil passant ainsi de 19 à 34 places transformant ainsi le statut juridique de l ‘établissement en EHPAD (Établissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes). L’opération consistant à une extension du bâtiment existant et la réhabilitation de l’ancienne structure.

Les travaux initiés en septembre 2011 se termineront fin 2016.

Au sein de la communauté de communes du Pays de la Bretagne Romantique, Pleugueneuc compte un peu plus de 1700 habitants.

Le projet associatif

Le projet détermine une éthique et implique toute personne qui adhère, travaille ou œuvre pour l’association.

Le partage des valeurs et le souci de tendre vers l’objectif défini dans les statuts :

« Gérer toute action ou tout service favorisant le maintien dans leur cadre de vie, des personnes âgées et/ou dépendantes des secteurs concernés : communes de Pleugueneuc, la Chapelle aux Filtzméens, Plesder et Trévérien, ainsi qu’assurer la gestion et l’animation de la structure », sont indispensables à l’efficacité de notre action associative.

L’accompagnement des personnes âgées :

  • – Veiller à ne pas créer de rupture entre le domicile et la structure
  • – La personne âgée actrice de sa vie
  • – Veiller au respect des droits fondamentaux des personnes.

Une personne âgée est un adulte qui a vieilli. Nous devons à cet adulte :

  • Le respect de son identité
  • Le respect, à son égard, des règles élémentaires de politesse et de savoir-vivre
  • Le respect de son rythme
  • Le respect de sa sécurité
  • Le respect de son confort
  • Le respect de son hygiène
  • Le respect de sa pudeur
  • Le respect de son intimité
  • Le respect de son pouvoir de décision
  • Le respect de l’exercice de ses droits
– Elaborer d’un projet individualisé pour chaque résident
– Sensibiliser les résidents, les familles et le personnel aux différentes pathologies du sujet âgé.
– Accompagner et intégrer les résidents atteints de désorientation.
– Mettre en place des outils pour l’accompagnement des personnes

Les outils

–        Le livret d’accueil
–        La charte des droits et des libertés de la personne accueillie
–        Le contrat de séjour
–        Le règlement de fonctionnement
–        Le conseil de la vie sociale
–        La démarche qualité autour du référentiel AQUALIE 3
  • Le respect de la volonté des résidents autant que faire se peut,
  • Le maintien et l’amélioration de la qualité de vie des résidents,
  • Le développement de la convivialité du lieu de vie au quotidien
  • La prise en charge de la douleur physique et psychologique,
  • L’accompagnement de fin de vie des usagers.

Des fiches dysfonctionnement sont mises en place, elles permettent aux personnels de remonter tout dysfonctionnement dans l’établissement, ces fiches sont gérées par une procédure accessibles à l’ensemble du personnel

Le traitement des réclamations : Définition : Insatisfaction justifiée, au regard du service qu’on lui doit, émise (oralement ou par une autre forme de communication) par l’enfant, sa famille, son référent ou tout partenaire.

Certaines règles sont cependant définies pour le traitement des réclamations, en particulier :

  •  Entretiens entre les différents professionnels (concertation),
  •  Décisions afférentes nécessaires,
  •  Information à la Direction suivant la gravité de la situation.

L’établissement est habilité à accueillir des personnes âgees dépendantes de plus de 60 ans.

L’établissement est habilité à l’aide sociale et à l’APL  pour la totalité de ses places

L’établissement pour répondre aux besoins et attentes de ses usagers organise des partenariats avec :

–         des partenaires institutionnels
–         des partenaires associatifs
–         des partenaires locaux
–         des partenaires Départementaux
–         des partenaires régionaux
–         des partenariats de réseaux professionnels
–         des partenariats de liés à l’accompagnement des résidents

C’est dans ce cadre que l’établissement a formalisé :

  • la convention plan bleu avec le CH de Dinan (plan canicule)
  • la convention avec le centre Guillaume Régnier (Géronto-psychiatrique
  • la convention avec l’HAD DE saint Malo (accompagnement retour d’hospitalisation
  • la convention avec l’unité mobile de soins palliatifs de saint malo (accompagneement fin de vie et prise en charge de la douleur)

Le projet de vie

Promotion du lien social

La raison d’être de la résidence est l’accompagnement de personnes âgées dépendantes ou non, avec dignité , respect de l’intimité et des autres.

Notion de nouvelle étape

L’architecture (cf projet architectural) et la capacité de la structure donne à l’établissement une ambiance familiale qui lui correspond. Ainsi chaque professionnel est attaché à la résidence « lieu de vie » et doit véhiculer cette idée aux usagers.

Depuis plusieurs années et notamment depuis le début des travaux, cet aspect de la prise en charge a été renforcé. La personne âgée est une personne à part entière et non comme un objet de soins ; avec une histoire de vie, un passé des habitudes, des envies et des refus (exprimés ou non) que nous respectons autant que faire se peut.

La démarche d’élaboration de ce projet au sein du projet d’établissement a permis aux membres du groupe de pilotage de donner leur ressenti sur la structure et sur l’accompagnement que nous dispensons. Pour le personnel, nous disposons de nombreux atouts :

  • un cadre de vie agréable dans des locaux récents, un jardin permettant des sorties régulières,
  • Une équipe performante et compétente dont les capacités sont renforcées chaque année par la formation continue,
  • Une philosophie d’accompagnement centrée sur le respect de la personne de sa dignité, de ses droits de ses habitudes de vie et de son rythme,
  • Des prestations hôtelières de qualité avec notamment une cuisine traditionnelle confectionnée sur place tout comme l’entretien du linge, dans le respect  demandées,
  • Des équipements adaptés et renouvelés en fonction des besoins et attentes des usagers.
Accueil et admission

Les demandes de renseignement peuvent être effectuées à tous moments de la semaine durant les horaires d’ouverture du secrétariat :9h00-12h 13h-17h.

Le dossier d’inscription en établissement est téléchargeable sur internet (site du conseil Départemenatal …) ou peut être retiré à l’accueil de l’établissement

Une visite est systématiquement proposée aux résidents.

Le consentement de la personne est toujours recherché, même pour des personnes atteintes de troubles cognitifs.

La recherche de consentement est identifiée lors de la visite auprès du futur résident, et fait l’objet d’échange avec les familles et les différents partenaires.

L’ensemble des documents d’accueil préconisés dans la loi 2002-2 est remis à chaque personne entrante : le contrat de séjour, le livret d’accueil et le règlement de fonctionnement qui seront revu début 2016.

Une personne de confiance est toujours nommée. Ses coordonnées sont tenues à jour et mis à la disposition de l’équipe.

Loyauté
La relation entre l’établissement et la personne de confiance des valeurs partagées comme :
– La loyauté, sincérité
– L’honnêteté,
– La franchise,
– La bienveillance,
– L’écoute
– La présence

– Un partenaire privilégié

Le personnel guide le nouveau résident et son entourage dans ses premiers pas dans l’institution.

La résidence se trouve sur la commune de Pleugueneuc à cent mètres seulement du centre bourg et de ses commerces. Le lien social pour les personnes ayant vécu à Pleugueneuc est donc préservé. Les trois autres communes distantes des quelques kilomètres de Pleugueneuc que sont Tréverien (4km), Plesder (2 km) et la chapelle aux Filtzméens porteuses du projet permettent aussi à leurs habitants de de garder le lien social.

Ce cadre de vie est apprécié par nos résidents. L’établissement, neuf et la partie construite dans la fin des années 90 a été complètement réhabilité, offre des conditions de vie agréables.

Afin de privilégier le respect de l’intimité ou de la vie de couple, la maison de retraite est dotée d’une chambre double pour 33 chambres individuelles. La résidence dispose d’un salon des familles, permettant le respect de l’intimité, de leurs échanges et de pouvoir partager des repas.

Véritable point névralgique, la salle (NOM) , polyvalente permet de partager des activités communes, les repas autour d’une cheminée à foyer fermé, conforme aux exigences de la commission de sécurité incendie.

L’établissement dispose d’un parc sécurisé avec un cheminement adapté aux Personnes à Mobilité Réduite (PMR).

La charte des droits et libertés

La charte des droits et libertés figure dans les documents d’accueil, affichée à l’entrée de l’établissement, est portée par le personnel dans l’accompagnement des résidents.

Culte

La liberté de culte est assurée dans l’établissement. Des messes sont célébrées régulièrement par un prêtre de la paroisse. Une seule religion est représentée dans l’établissement mais nous nous tenons prêt à répondre aux attentes de toutes les confessions (croyance, alimentation, … ) dans les limites du respect la vie en communauté et de l’état de santé du résident.

Participation des résidents à la vie institutionnelle

Le CVS (Conseil de la Vie Sociale) est mis en place depuis plusieurs années  dans l’institution.

Les réunions du CVS sont au nombre de trois par an et réunissent les résidents, leurs familles et les professionnels de l’établissement.

Le CVS est un partenaire consultatif de la vie de l’établissement, s’informe régulièrement de la vie de l’établissement et est force de proposition pour toute question concernant le fonctionnement de l’établissement.

Il est mis en place une enquête de satisfaction à destination des résidents et de leur famille tous les deux ans, à l’issue des enquêtes un plan d’action est mis en place et son suivi est assuré par les instances (CVS et Conseil d’administration) – l’ensemble enquêtes, résultats, plan d’action est suivi  sur un logiciel de qualité et des risques du secteur médico-social nommé « AGEVAL »

Il existe un registre des réclamations présenté dans le règlement de fonctionnement, les usagers reçoivent un formulaire pré imprimé afin de saisir l’établissement. Chaque évènement est enregistré dans AGEVAL et la réponse apportée est conservée dans le registre des réclamations.

Protection des biens

Les familles sont informées par le document d’admission de la nécessité de conserver peu d’objet de valeur ou d’argent liquide. Les résidents disposent de la clé de leurs chambres. Dans les logements, chaque résident peut conserver sous ses clefs ses biens et effets ayant de la valeur.

Liberté d’aller et venir et respect des droits

Les droits de la personne sont respectés.

Son positionnement en tant qu’être humain adulte ouvrant droit au respect de sa dignité et de son intimité est admis/acquis et appliqué par l’ensemble du personnel. La liberté d’aller et venir est garantie sous réserve des contraintes médicales. L’établissement a fait le choix de laisser le résident déambuler au risque de la chute plutôt que la contention qui est la dernière solution retenue, afin de pallier aux risques de chutes des mesures préventives sont mises en place, de l’accompagnement individuel est renforcé….

La contention, si elle devient inéluctable est toujours effectuée sous le couvert d’une prescription médicale, il convient pour l’usager, pour l’établissement de se poser la question de la réévaluation et de sa nécessité (analyse bénéfice / risque).

Cadre de vie lien avec projet architecturalbignon1

Le cadre de vie est un élément à prendre en compte dans le maintien de l’autonomie des personnes que nous accueillons. Ainsi, pour pouvoir dispenser des prestations de qualité, l’établissement doit être doté d’un matériel récent et adapté.

La mise en place de moyens de prises en charges particulières sont à prévoir: culture d’humanitude, balnéothérapie, espace snoezelen permettant la relaxation, l’apaisement des résidents et de fait une moindre prescription de médicaments.

Pour faire face à une augmentation de la dépendance, la résidence se doit d’investir dans des tables et fauteuils adaptés dans la perte d’autonomie. Ces équipements procurent un confort au résident mais également au personnel, en préservant le repas comme étant un moment convivial et agréable de la journée. *  Achat de fauteuil et tables adaptées à la perte d’autonomie

La salle à manger affiche ses limites spatiales du fait de la multiplication du nombre de fauteuils roulants. La nouvelle salle à manger d’une surface de 85 m² comparer au 40 m² existant devrait permettre de rendre plus confortable ces moments de repas

Les habitudes de vie et rythmes des résidents doivent être respectés dans la mesure du possible. Il convient donc de « protocoliser » un certain nombre de pratiques.

  •  Construire un document de recueil des souhaits de la personne en matière d’habitude de vie et rythmes
  • Mettre en place une réévaluation régulière des contentions par le travail d’équipe

En règle générale, l’ouverture vers l’extérieur est toujours perfectible, notamment vers le club du 3ème âge l’intergénérationnel. L’établissement doit aussi s’ouvrir aux écoles professionnelles afin de faire valoir son savoir faire

  •  Renforcer les liens avec le club du 3ème âge
  • Développer les relations avec l’école primaires et l’ALSH
  • favoriser les échanges intergénérationnels
  • Renforcer les relations avec les écoles professionnelles, avec les établissements médico sociaux et sanitaires et le CLIC

L’action des bénévoles est également à renforcer. Les bonnes volontés ne sont pas à décourager et l’établissement se doit de leur proposer un nouveau cadre  d’intervention et un accompagnement dans leurs actions. Nous devons continuer de solliciter les familles pour l’organisation d’événements, d’animation, de sortie.

  • Réfléchir à la mise en place d’une association d’animation
  • Impliquer davantage les familles sur des événements précis

L’accompagnement dans des prises en charge plus individualisées est à mettre en place :

  • Comme des séances dans une salle Snoezelen où le résident peut se détendre dans un espace dédié à la stimulation sensorielle. Cette prise en charge devrait permettre de calmer les angoisses et agitations que peuvent ressentir les résidents à certains moments de la journée. Cet espace et le bien être qu’il procure devrait permettre de diminuer la prescription de certains médicaments et ainsi améliorer la prise en charge .
  •  La baignoire balnéothérapie (lit de flottaison) permet des bains détente. Elle diffuse de la musique et les jeux de lumière permettent une relaxation totale des résidents.
  • Former les personnels sur des thématiques liées au bien être (formation soins esthétiques, « snoezelen »… )

La mise en place de ces outils, et les retours  que les résidents en ont font dans les établissements possédant ce type d’équipements, montrent la pertinence de cet accompagnement.

Le projet d’accompagnement individualisé / PAI

Tout résident a une histoire de vie qui doit être pris en compte dans l’accompagnement que nous lui proposons. Si les habitudes et les rythmes de vie sont pris en compte dans les faits, la formalisation peut faire défaut. Ainsi nous n’avons pas de systématisation dans la réalisation des projets individualisés, écrit et validé, ce n’est pas encore une culture de l’établissement.

Le projet d’accompagnement individualisé reprend les repères que le résident avait dans sa vie antérieure : heure de lever, de coucher, heure des repas, goûts alimentaires, goût en matière d’animation… ces éléments sont demandés lors de l’admission mais pas retranscris ni informatiquement dans le logiciel de soins ni dans une fiche de synthèse papier

L’entrée peut être quelque chose de perturbant pour une personne âgée qui, d’un coup, se trouve projetée dans un espace à la fois individuel et collectif dans lequel elle n’a plus ses repères, ses habitudes.

Le projet d’accompagnement individualisé doit lui permettre de conserver les grandes lignes de sa vie au domicile.

Bien évidemment les projets de vie individualisés et leur mise en œuvre trouvent leurs limites dans les contraintes de la vie collective et dans les moyens alloués à l’établissement.

Les infirmières

L’équipe infirmière est présente tous les jours de la semaine jours fériés inclus.

Le rôle de l’infirmière dans la structure est d’apporter une écoute active, d’effectuer des soins d’hygiène et de confort, d’accompagner les résidents en fin de vie, d’accompagner, de renseigner les familles, de coordonner les soins vis-à-vis de l’équipe soignante, des médecins et autres intervenants extérieurs ,d’évaluer le niveau de dépendance du résident avec la grille AGGIR et de procéder à une évaluation pluridisciplinaire PATHOS du niveau de soins pour le résident, d’appliquer les prescriptions médicales, de gérer le circuit du médicament de sa livraison à son administration en passant par la préparation des semainiers, d’élaborer les projets de soins, projets de de vie individualisé du résident,…

Les aides-soignantes

Les soignantes, sont présentes à des horaires différentes, de jour comme de nuit, du lundi au dimanche ainsi que les jours fériés.

L’aide-soignante est une professionnelle de santé qui œuvre au sein d’une équipe pluri-professionnelle. Dans le cadre du rôle propre de l’infirmière, en collaboration avec elle et sous sa responsabilité.

Leur compétence s’inscrive dans le cadre d’une approche globale de la personne, c’est-à-dire qui englobent l’accompagnement du résident dans les actes de la vie quotidienne en tenant compte de ses besoins et de son degré d’autonomie, d’apprécier l’état clinique du résident, de réaliser des soins adaptés à l’état clinique du résident, d’utiliser les techniques préventives de manutention et les règles de sécurité pour l’installation et la mobilisation des résidents, de réaliser des accompagnements individualisés, d’établir une communication adaptée au résident et à son entourage, d’utiliser les techniques d’entretien des locaux et du matériel spécifiques, de rechercher, traiter et transmettre les informations pour assurer la continuité des soins et ainsi d’organiser son travail au sein d’une équipe pluri-professionnelle.

Les auxiliaires de vie

Les auxiliaires de vie sociale (AVS) sont présents à des horaires différents, de jour comme de nuit, du lundi au dimanche ainsi que les jours fériés. Ce sont des  professionnels travaillant en collaboration avec l’aide-soignante. Ils ont pour missions  l’accompagnement aux soins d’hygiène et de confort du résident, la mobilité et les déplacements des résidents, l’entretien des locaux, la gestion du linge, l’élaboration d’une communication adapté au résident et à son entourage et  l’élaboration de transmissions.

Les veilleurs de nuit

Présent en binôme pour des raisons de sécurité et qualité d’accompagnement la nuit, Ils ont pour mission de répondre aux appels des résidents, de veiller à leur sécurité physique et psychologique, d’entretenir les locaux

Trois temps de transmissions existent sur 24 heures :

–        entre l’équipe de nuit et celle du matin,
–        un second entre équipe du matin et équipe d’après-midi
–        et un dernier entre l’équipe de nuit et l’équipe d’après-midi.
Le médecin coordonnateur

L’établissement met en œuvre un médecin coordonnateur dont les 13 missions sont définies dans l’article D312-158 du Code d’Action sociale et des familles.

Ses fonctions dans l’établissement sont différentes de celles des médecins des résidents. Il n’effectue ou prescription auprès

Le médecin coordonnateur a un rôle différent et complémentaire de celui des médecins traitants qui suivent chacun seulement une partie des résidents. Le médecin coordonnateur est là pour assurer la qualité de la prise en charge au niveau institutionnel.

Le médecin coordonnateur a un rôle de conseiller gériatrique du directeur de l’établissement. Il travaille en partenariat avec les équipes et la Direction.

Il ne fait pas de prescription ou de soins sur son temps de médecin coordonnateur. Il peut néanmoins intervenir en cas d’urgence médicale.

Les intervenants médicaux et paramédicaux

Des professionnels interviennent dans l’établissement à la demande des résidents ou sur prescription médicale. Ainsi, des médecins spécialisés, kinésithérapeutes, des pédicures, podologues et psychiatres.

L’accès au spécialiste est déjà balisé, la prise de rendez-vous peut se faire soit par le résident, la famille, l’équipe soignante ou le médecin directement.

Tous les professionnels de l’établissement ont à leur disposition un classeur reprenant les thématiques des guides, des fiches de bonnes pratiques, des protocoles élaborés en équipe.

Les résidents ont toute liberté de choisir leurs partenaires médicaux et para médicaux dans la mesure où son dernier s’engage à respecter les règles de fonctionnement de l’établissement.

L’organisation sanitaire du secteur permet un recours satisfaisant à des médecins spécialistes (psychiatres, cardiologues, neurologues, gériatre,…).

Les soins d’hygiène

La philosophie que nous défendons est basée sur la « bientraitance », les besoins, le respect du résident et de ses capacités. Nous ne faisons pas « à la place de » mais nous « laissons faire ».  Les toilettes sont effectuées en fonction du réveil de chacun. A partir de 8h00, y compris les dimanches et jours fériés.

Les soins d’hygiène se font pour beaucoup au lavabo et beaucoup plus rarement au lit. Une douche est effectuée toutes les semaines ainsi qu’un shampoing sont effectués toutes les semaines ou tous les quinze jours selon le souhait du résident.

Les soins d’hygiène suivent le plan de soins informatisé, rédigé conjointement par les infirmières et les aides-soignantes via le logiciel de soins et le personnel soignant peut s’appuyer sur l’outil pour suivre et commenter ses taches.

L’établissement a mis en place des tablettes tactiles sécurisées afin de permettre la signature du plan de soins, des administrations et la saisie des éléments du dossier de soins en temps réel.

Aides et soins spécifiques

La prise en charge des personnes souffrant de troubles cognitifs

Les personnes souffrant de troubles cognitifs bénéficient avant leur entrée dans l’établissement d’un bilan diagnostic MMS (Mini Mental Score) effectué par une psychiatre, neurologue, médecin coordonnateur ….

Le projet de soins prend en compte les projets individualisés mis en place pour chaque résident. Le projet prend en compte les besoins spécifiques du résident. Il existe une prise en compte adaptée des pathologies spécifiques :

– Psychiatriques : par psychologue et psychiatre, infirmier de secteur psychiatrique venant du CMP (Centre Médico Psychologique, rattaché au Centre Hospitalier Guillaume Régnier).

– Prise en charge de personnes désorientées, des formations sont organisées pour le personnel soignant (bientraitance, … ) . Elles seront reconduites au minimum sur toute la durée de vie du projet d’établissement. L’accompagnement est entièrement tourné vers une volonté affirmée de maintenir l’autonomie de la personne dans les gestes de la vie quotidienne.

La prise en charge médicamenteuse

L’établissement conserve ses médicaments dans une pièce fermée à clé automatiquement (digicode) et donc non accessible aux résidents, dans des armoires verrouillées par les infirmières. Le circuit du médicament fait l’objet d’une évaluation régulière. Les prescriptions médicales sont informatisées et signées par le médecin.

La prise en charge en cas d’urgence

Tous les résidents possèdent un dossier individuel informatisé et papier médical et administratif et l’ensemble du personnel à accès au DLU (Dossier de Liaison d’Urgence) comportant les éléments nécessaires à sa prise en charge en cas d’urgence (traitement, antécédents, pathologies, allergies …).

Le personnel, soignant ou non soignant, est formé pour intervenir en cas de situations d’urgences, vitale ou non.

Une formation aux premiers secours est organisée pour l’ensemble du personnel tous les deux ans. Des membres du personnel bénéficient aussi de la formation Sauveteur Secouriste du Travail.

Un partenariat a été mis en place avec un prestataire afin d’assurer une oxygénothérapie en cas d’urgence.

La prise en charge alimentaire

Les besoins et attentes des résidents en matière d’alimentation sont identifiés dès la pré admission (goûts, non goûts, allergies, régimes..) Ces données sont mises à jour et prises en compte au quotidien par le personnel.

Un plan de table permis de garantir ces besoins et attentes.

Les menus sont élaborés par la commission des menus à laquelle participe les résidents, le personnel soignant, le personnel de cuisine, l’animatrice, l’adjointe de coordination, au moins deux fois par an.

Les trames saisonnières de menus sont élaborées sur la base d’une trame réalisée par une diététicienne partenaire assurant le respect des préconisations du GEMRCN.

Les régimes des résidents et la textures des repas sont soumis à prescription médicale. Avec l’appui du logiciel de soins de l’établissement, l’équipe en est informée et en assure le suivi alimentaire pour les personnes à risque (troubles de la déglutition, prévention de la dénutrition, de la déshydratation, suivi du transit, … )

Un protocole « déshydratation » est annexé au plan bleu (convention avec l’hôpital de Dinan).

L’hydratation fait l’objet d’un suivi régulier, en proposant des boissons dans les chambres des résidents. Il est proposé systématiquement des boissons, y compris la nuit quand les résidents sont réveillés en cas de forte chaleur (plan bleu). Des perfusions d’hydratation peuvent être posées le cas échéant. Nous disposons également d’eau gélifiée permettant l’hydratation de résident sujet aux fausses routes. Les eaux pétillantes ou gazeuses sont à la disposition des équipes permettant aussi cette hydratation.

En cas de dénutrition, des crèmes enrichies sont prescrites par le médecin traitant.

Le maintien de l’autonomie

L’équipe soignante évalue régulièrement la protection adaptée à la continence, dans un souci de préserver l’autonomie et la dignité des résidents.

L’équipe soignante met tous les moyens adaptés en œuvre pour une mise régulière des résidents aux toilettes, à tous les moments de la journée. La nuit seulement si le résident sollicite le personnel (respect du sommeil de la personne).

Un accompagnement est réalisé avec le fournisseur en matière de formation et de suivi de l’utilisation des protections, dès que le besoin se fait sentir.

Enfin, l’aide à la marche et la verticalisation des résidents que nous prônons favorise le transit. L’aide à la marche est favorisée. Nous essayons de maintenir les capacités des résidents au maximum notamment pour le repas : transfert du fauteuil à la chaise, vaisselle adaptée. Le résident est encouragé à manger seul, le plus longtemps possible.

La prévention, traitement des escarres et de la dénutrition

Le matériel (les matelas à air, coussin à mémoire de forme, huile de soins, affiches de prévention), permet une première prévention. La mobilisation des résidents, les changements de positions réguliers ainsi qu’une alimentation enrichie constitue la base de notre lutte contre les escarres.

Celle-ci se manifeste également par l’observation et la vigilance quotidienne du personnel lors de l’accompagnement. En cas de dénutrition, un suivi est mis en place systématiquement pour les résidents à risque.

La politique de l’établissement en matière de contention

La contention se fait toujours sur prescription médicale. Il s’agit toujours d’un dernier recours et le résident, la famille sont systématiquement consultés.

L’équipe mène une réflexion pluri-disciplinaire (médecin, kinésithérapeute, fournisseurs …) avant d’en arriver à cette solution.

La prise en compte de la douleur

La douleur exprimée par le résident est repérée et évaluée au plus tôt pour la soulager immédiatement, par le personnel soignant. L’échelle utilisée est adaptée en équipe en tenant compte des facultés du résident à évaluer sa douleur.

Il existe une prise en charge de la douleur par des traitements spécifiques médicamenteux. Il est de plus toujours possible pour l’établissement de faire appel à l’équipe mobile de soins palliatifs du Centre Hospitalier Universitaire de Saint Malo.

L’accompagnement de la fin de vie

La fin de vie est souvent vécue comme un moment pénible. Notre volonté est de permettre aux résidents qui le souhaitent (sous réserve des contraintes médicales) de rester jusque la fin dans son logement en toute dignité et humanité

Nous proposons un accompagnement spécifique du résident en fin de vie. L’établissement a signé une convention avec l’équipe mobile de soins palliatifs du CHU de Saint Malo. Nous mettons en œuvre le recueil des directives anticipées des résidents et la personne de confiance.

L’équipe soignante effectue des passages plus fréquents jour et nuit, où des soins de confort sont effectués.

Les formations d’accompagnement en fin de vie représentent une priorité de l’établissement. L’ensemble du personnel soignant est formé. La famille peut rester en permanence auprès de son parent.

L’établissement met en place des temps de coordination d’accompagnement avec le personnel soignant, et/ou l’équipe mobile de soins palliatifs.

Le Projet d’Animation

L’animation est un concept important dans la vie d’un établissement d’hébergement pour personnes âgées. De l’accompagnement à l’animation …

Accompagner : avant de parler de l’animation en établissement il parait nécessaire de  revenir sur une notion importante lorsque l’on se situe dans le monde de la gérontologie, celle d’accompagnement : « accompagner : se joindre à quelqu’un pour aller où il va et en même temps que lui ».

Animer pour accompagner …

Accompagner et animer forment un binôme indissociable et l’animation fait partie de la démarche d’accompagnement, du projet d’accompagnement personnalisé sur le plan de l’identité personnelle et sociale de chaque résident.

Le projet d’animation partie intégrante du projet d’établissement.

Le projet d’animation de la résidence s’inscrit dans le projet de vie de l’établissement, en développant des activités de loisirs en faveur du public  accueilli, en lien avec leurs gouts et leurs habitudes de vie, afin de maintenir leur autonomie, lutter contre l’isolement et entretenir les relations sociales, en favorisant l’ouverture du lieu de vie sur l’extérieur et en créant une dynamique sociale et socio-culturelle au sein de la structure.

Nous recensons les habitudes de vie, et les histoires de vie de chaque résident, respectons leurs souhaits, leurs refus et adaptons nos propositions quotidiennes au rythme de chacun en tenant compte de ses pathologies.

Le « catalogue des animations »proposé  sera donc développé en fonction de nos résidents et non pour répondre à un modèle type. En ce sens le projet d’animation se doit d’être sur-mesure, constaté et évalué.

Les objectifs spécifiques aux activités sont donc simples et adaptés à nos résidents, il s’agit de :

  • valoriser et maintenir l’estime de soi (prendre du plaisir, s’épanouir, renforcer l’image de soi et le désir de participation… )
  • créer,  maintenir le lien aux autres résidents,
  • participer à la vie de l’institution et s’y sentir utile –être acteur
  • maintenir et développer la vie sociale de la personne (lien direct avec le monde extra institutionnel)
  • stimuler et maintenir les capacités de chacun afin de préserver son autonomie, ses repères  (la mémoire visuelle, auditive, olfactive et gustative, la motricité fine..)
  • Maintenir les repères quotidiens,
  • Transmettre et partager ses connaissances
  • Entretenir ses potentiels intellectuels et physiques…

Sensibilisation du personnel aux plannings d’animation, travailler en partenariat avec les familles et les collaborateurs qui souhaitent apporter pour une aide ponctuelle et pérenne selon leurs compétences  et leur savoir-faire.

Typologie et propositions d’activités :

  • Individuelle
  • Semi-collective
  • Collective